Causses 2001

Dates du voyage : du 16 au 27 août 2001.

Logement :

Grand Hôtel de France 48150 Meyrueis

Téléphone : + 33 (0)4 66 45 60 07

Fax : +33 (0)4 66 45 67 62

Cet hôtel 2 étoiles offre un bon rapport qualité-prix, on y mange assez bien et le personnel est très sympathique. Nous avions une chambre pour deux personnes, assez spacieuse. Il y a un parking privé, mais qui est plus fait pour les véhicules 4X4 que pour les voitures classiques qui venaient pourtant s’y garer. Il y a une piscine, un jardin agréable et une grande salle sur la terrasse où l’on peut se réunir en groupe. Meyrueis est un petit bourg très bien situé entre le Causse Méjean et le Causse Noir, du côté est des Gorges de la Jonte. Le Causse de Sauveterre, les Gorges du Tarn et les Cévennes avec le Mont Aigoual sont tout proches.

Description du Causse Méjean.

Il s’agit d’un plateau calcaire de 33 000 ha d’une altitude moyenne de 950 m, peuplé de 1,4 habitant au km² et de 18 000 moutons. Le plateau est légèrement vallonné, couvert de tas de pierres ramassées par les agriculteurs, de vastes étendues d’herbes et parfois de quelques bois de pins d’Autriche, de buis et de chardons divers, dont la Carline que les Caussenards appellent « Cardabelle ». La fleur de cette belle plante est parfois clouée sur la porte des granges car sa corolle s’ouvre par beau temps et sert ainsi de baromètre. L’eau est rare sur le plateau car elle s’infiltre dans le sol et y creuse des grottes et pour abreuver le bétail, les gens ont tapissé le fond des dolines avec de la terre glaise pour y retenir le précieux liquide, créant ainsi des « lavognes ».

Le Causse est bordé à l’ouest par les Gorges du Tarn et au Sud par les Gorges de la Jonte. Les routes sont sinueuses et très étroites et il vaut mieux être prudent au volant.

mejean
Le Causse Méjean (Diapo scannée de Gérard Joannès)

 

Si vous voulez vous rendre directement à la liste des espèces observées, voir en fin de page.

Voyage :

16.8.2001. Par les petites et les grandes routes jusqu’à Meyrueis.

17.8.2001. Nous commençons tout de suite par le Causse Méjean et nous nous rendons à Hyelzas pour effectuer la visite de la Ferme Caussenarde. C’est une excellente entrée en matière pour bien comprendre la mentalité des Caussenards et cela nous permet d’attendre le déjeuner que nous prenons à la Fromagerie Fédou. Je vous recommande l’Assiette Caussenarde et, si vous aimez le fromage de brebis, le « Gousta ». L’endroit est idéalement situé, face à la vallée et, tout en mangeant, nous avons pu voir 15 Vautours fauves, 3 Vautours moines et un Circaète Jean-le-Blanc. A Hures, en direction du Buffre, nous voyons une Pie-grièche méridionale, plusieurs Busards cendrés dont un individu mélanique et une Chevêche d’Athéna.

 

circaetejb18
Circaète Jean-le-blanc (Photo Michel Belaud)

 

En nous rendant au Mas de Val, nous tombons sur certains spécimens de la faune humaine qui organisent une « rave-party ». 15 000 personnes sont réunies là sans autorisation, au beau milieu d’un pâturage à moutons. Les pit-bulls cohabitent avec certains couples d’adolescents accompagnés de leurs bébés en bas âge, bercés par une « musique » dont les battements se font entendre à des km à la ronde. Le résultat de cette rencontre se soldera par 16 évacuations, dont une personne dans le coma après une surdose de drogue, une automutilation, des vols dans des magasins et dans un foyer et 5 tonnes d’ordures qui seront presque toutes enlevées plus tard. Ceci ne pourrait avoir qu’un lointain rapport avec le thème de ce site, « tourisme et ornithologie », si ce n’est que plusieurs hectares de prairies ont été piétinés et qu’il restera après la fête des quantités énormes de tessons de bouteilles pour la plus grande joie des moutons et d’autres herbivores qui viendront s’écorcher les pattes et le museau en essayant de s’alimenter quand l’herbe aura repoussé.

 A Villaret, nous pouvons voir un élevage de 40 Chevaux de Przewalski qui sont destinés à être réintroduits en Mongolie et à entretenir le causse. J’ai remarqué un individu qui avait les jambes rayées comme celles d’un zèbre. Parmi eux, il y avait 40 Craves à bec rouge.

18.8.2001. Nous passons encore une fois notre matinée sur le Causse Méjean et visitons le « Chaos de Nîmes le Vieux », un amoncellement de roches assez spectaculaire. La promenade prend environ 2 heures et vous fait passer par des milieux très typiques. Nous y voyons encore 40 Craves à bec rouge. Nous faisons ensuite un tour au Mont Aigoual qui culmine à 1567 m dans les Cévennes. Au sommet, nous visitons un musée consacré à la météorologie et revenons à Meyrueis par le Causse Noir qui est moins sauvage. Nous y voyons un Gobemouche noir. Le soir, un violent orage éclate sur le Causse Méjan et il ne doit pas faire bon y être sous une tente.

img_1608cravebecrouge
Crave à bec rouge (Photo Gérard Joannès)

 

19.8.2001. Nous allons sur le Causse Méjean et faisons un arrêt au carrefour des D63 et D986. se nourrissent dans les éteules. Nous sommes obligés de modifier notre itinéraire car la police bloque la route à cause de la « rave party ». Nous sommes assez surpris de voir de nombreux calvaires de pierre ou de fer forgé le long des routes et il y a aussi de fort belles églises romanes. Un vol de 30 Grives draines témoigne peut-être d’un mouvement migratoire. Au Fraissinet de Poujouls, je vois 15 Perdrix rouges. A la lavogne de Hures, en direction du Buffre, une Chevêche d’Athéna et 2 Oedicnèmes criards partagent le même champ, non loin d’une Pie-grièche méridionale. A Drigas, un Monticole de roche se laisse bien observer. Aux Hérans, 30 Vautours fauves profitent d’une ascendance pour gagner de l’altitude. En tout, je verrai au moins 50 individus différents ainsi qu’un Vautour moine. Pour ajouter à mon plaisir, un Aigle royal survole le Causse Noir du côté de Meyrueis.

20.8.2001. Nous allons dans les Gorges de la Jonte où nous voyons à nouveau un Aigle royal. Au Truel, 10 Martinets à ventre blanc et un Faucon hobereau nous mettent l’eau à la bouche avant que nous visitions le Belvédère des vautours. Je ressors content de l’exposition, mais légèrement déçu par le peu d’empressement que met l’un des responsables de la présentation au public à répondre à mes questions. Nous poursuivons notre route et passons dans les Gorges du Tarn. Comme je le pressentais, deux voitures qui se croisent se heurtent et deux rétroviseurs seront cassés. Ceci ne nous a pas gâché le plaisir de monter au Point Sublime sur le Causse de Sauveterre d’où la vue est absolument magnifique.

 

martinetventreblanc08
Martinet à ventre blanc (Photo Michel Belaud)

 

 21.8.2001. Il fait toujours aussi beau sur le Causse Méjan où j’observe un Aigle royal immature. Après avoir vu les « ravers », nous croisons des « Goumiers » vêtus de longs manteaux de laine. En discutant avec eux, j’apprends qu’ils font une marche spirituelle pour se ressourcer. Ils vont d’un point à l’autre sous le soleil ou la pluie, chacun à son rythme et se retrouvent le soir. A chacun son trip sur le Causse. J’avoue que ces derniers me sont plus sympathiques car ils se prennent en main et ne demandent rien à personne. Il y a de moins en moins de Busard cendrés et au Carrefour mentionné plus haut, j’aperçois 65 Craves à bec rouge et 6 Moineaux soulcies dans la carrière toute proche. On peut à présent passer près de l’aéroport, même si les « ravers » insistent parfois lourdement pour se faire emmener en stop. En rentrant à l’hôtel, nous croisons un 4X4 qui vient de se faire heurter par une voiture dans un virage ce qui nous rappelle qu’il faut vraiment être très prudent par ici.

22.8.2001. Aujourd’hui, nous partons pour une bonne marche entre les Gorges de la Jonte et les Gorges du Tarn, à partir du Rozier, en prenant le Chemin des Vases. Les « Vases » sont d’énormes blocs de rochers posés en équilibre au bord des falaises et ils ajoutent à la beauté du sentier qui longe le flanc des gorges. Je conseille vivement de prendre le sentier Louis Armand et non le sentier J. Brunet où l’on est obligé d’utiliser des échelles à certains moments. La promenade sous le soleil nous prendra 5 h 30 en faisant quelques rares pauses pour admirer le paysage et les Martinets à ventre blanc. Il est impératif de ne pas y aller par mauvais temps car les racines et les roches deviennent alors très glissantes. De bonne chaussures de marche, un chapeau et de l’eau sont absolument indispensables également.

 23.8.2001. Nous retournons sur le Causse Méjean pour aller jusqu’à Ste Enimie. Renseignez-vous sur l’histoire de la sainte qui a donné son nom à la ville dans le petit musée local. De retour sur le Causse, nous allons jusqu’à Cassagnes, près de St Pierre des Tripiers, où nous avons une petite idée de la façon dont on peut vivre isolé. Je finis enfin par voir un Pipit rousseline, non loin de la carrière située au carrefour près de l’Aven Armand, ainsi qu’une Pie-grièche méridionale.

24.8.2001. Le temps est absolument superbe et nous retournons sur le Causse Méjean. A Aures, je vois une Perdrix rouge avec un jeune et 2 Pipits rousselines et à Saubert, 2 Pies-grièches méridionales adultes et un jeune individu et encore un Pipit rousseline. Nous faisons une petite pause ornithologique au début de l’après-midi car il fait tellement chaud que les oiseaux ne se montrent guère. Nous visitons alors l’Aven Armand pour la modique somme de 49 F. Je dis modique au vu du spectacle offert. Il s’agit là de la grotte qui m’a le plus impressionné et j’en ai déjà vu beaucoup. Je pense que c’est là que j’ai admiré les plus belles concrétions calcaires. Nous sortons de la grotte émerveillés et nous rendons à la lavogne de Drigas où je vois un Monticole de roche et un Gobemouche noir. Il est enfin possible de se rendre au Mas de Val évacué par les « ravers », mais il ne reste plus grand chose à voir si ce n’est la colère des agriculteurs du coin. Au Villaret, je vois un autre Monticole de roche et 60 Craves à bec rouge.

monticoleroche04
Monticole de roche (Photo Patrick Kern)

 

 25.8.2001. Nous partons pour la petite ville de Roquefort et nous remarquons entre le Rozier et Aguessac des ponts de cordes sur lesquels on peut se déplacer dans ce qui est pompeusement appelé la « Forêt d’acrobates ». Moi qui ai horreur du fromage, je suis quand même intéressé par les caves d’affinage de Roquefort. Heureusement pour moi, les pains de fromage sont faits de matière plastique car les moutons ne donnent pas de lait à cette période de l’année. Nous faisons un petit tour par le Larzac où l’on est en train de construire le prolongement de l’Autoroute A75. Nous traversons la charmante ville de Millau, très fleurie, et poursuivons notre route jusqu’au site de « Montpellier le Vieux » sur le Causse Noir. On peut voir en ce lieu-dit de très beaux rochers de calcaire au milieu des pins. La route est superbe et lors d’une petite pause à La Rouajerie, je vois un Vautour moine faire un tonneau, apparemment juste pour le plaisir.

 

vautourmoine07
Vautour moine (Photo Patrick Kern)

 

26.8.2001. C’est notre dernière journée sur le Causse Méjean et il fait encore très beau. Près de « La Citerne », 2 Pipits rousselines et 2 Alouettes calandrelles se laissent observer quelques courts instants. Aux Hérans, 31 Vautours fauves et un Vautour moine immature tournoient dans une ascendance. Le séjour s’achève et malgré mes recherches, il m’a été impossible de voir des serpents. A Hures, la Chevêche d’Athéna est toujours présente et 160 Moineaux soulcies se nourrissent dans les éteules, en venant de temps à autre se reposer sur les lignes électriques.

27.8.2001. Le retour de ce voyage de 2795 km s’effectue sans problèmes.

Liste des espèces observées.

01 Canard colvert Anas platyrhynchos Peu. Sur la Jonte à Meyrueis.
02 Vautour moine Aegypius monachus Beaucoup plus rare. Sur le Causse Méjean mais aussi sur le Causse Noir.
03 Vautour fauve Gyps fulvus Un peu partout. Les plus belles observations entre Hyelzas et Les Hérans.
06 Busard cendré Circus pygargus Nombreux au début du séjour, y compris un individu mélanique.
08 Épervier d’Europe Accipiter nisus Pas très fréquent.
07 Buse variable Buteo buteo Pas très fréquente.
04 Aigle royal Aquila chrysaetos Rare.
05 Circaète Jean-le-blanc Circaetus gallicus Vu tous les jours.
09 Faucon crécerelle Falco tinnunculus Très commun sur les Causses.
10 Faucon hobereau Falco subbuteo Un individu.
11 Perdrix rouge Alectoris rufa Vue par deux fois.
12 Oedicnème criard Burhinus oedicnemus A Hures.
13 Pigeon ramier Columba palumbus Assez commun.
14 Tourterelle turque Streptopelia decaocto A Meyrueis.
15 Chevêche d’Athéna Athene noctua A Hures.
16 Martinet à ventre blanc Tachymarptis melba Dans les gorges.
17 Pic vert Picus viridis A Meyrueis.
18 Alouette des champs Alauda arvensis Quelques-unes sur les Causses.
19 Alouette calandrelle Calandrella brachydactyla Rare.
20 Hirondelle de rochers Hirundo rupestris Très commune dans les gorges.
21 Hirondelle rustique Hirundo rustica Commune.
22 Hirondelle de fenêtre Delichon urbicum Très commune.
23 Pipit rousseline Anthus campestris Rare.
24 Bergeronnette grise Motacilla alba Commune dans les gorges.
25 Bergeronnette des ruisseaux Motacilla cinerea Dans les gorges.
26 Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes En forêt.
27 Cincle plongeur Cinclus cinclus Dans les gorges.
28 Rougegorge familier Erithacus rubecula En forêt.
29 Rougequeue à front blanc Phoenicurus phoenicurus Un individu.
30 Rougequeue noir Phoenicurus ochruros Quelques-uns.
31 Tarier des prés Saxicola rubetra Quelques migrateurs.
32 Tarier pâtre Saxicola torquatus Commun.
33 Traquet motteux Oenanthe oenanthe Très commun sur les Causses.
34 Monticole de roche Monticola saxatalis Assez rare.
35 Merle noir Turdus merula Commun.
36 Grive draine Turdus viscivorus Une troupe de 30 individus.
37 Fauvette à tête noire Sylvia atricapilla Quelques-unes.
38 Pouillot fitis Phylloscopus trochilus Assez rare.
39 Pouillot véloce Phylloscopus collybita Assez commun.
40 Roitelet à triple bandeau Regulus ignicapilla Quelques-uns en forêt.
41 Gobemouche noir Ficedula hypoleuca Assez rare.
42 Gobemouche gris Muscicapa striata Un individu.
43 Mésange huppée Parus cristatus Très commune en forêts de pins.
44 Mésange bleue Cyanistes caeruleus Assez commune.
45 Mésange charbonnière Parus major Commune.
46 Mésange noire Parus ater Entendu un individu.
47 Mésange à longue queue Aegithalos caudatus Une petite famille vue une fois.
48 Sittelle torchepot Sitta europea Entendu un individu.
49 Grimpereau des jardins Certhia brachydactyla Entendu un individu.
50 Pie-grièche écorcheur Lanius collurio Assez commune.
51 Pie-grièche méridionale Lanius meridionalis Assez rare.
52 Geai des chênes Garrulus glandarius Quelques individus en forêt.
53 Pie bavarde Pica pica Assez commune.
54 Crave à bec rouge Pyrrhocorax pyrrhocorax Quelques bandes.
55 Grand Corbeau Corvus corax Assez commun.
56 Corneille noire Corvus corone Assez commune.
57 Moineau domestique Passer domesticus En ville.
58 Moineau soulcie Petronia petronia Quelques bandes localisées.
59 Pinson des arbres Fringilla coelebs Commun.
60 Chardonneret élégant Carduelis carduelis Commun.
61 Bouvreuil pivoine Pyrrhula pyrrhula Entendu un individu.
62 Linotte mélodieuse Carduelis cannabina Commune.
63 Bruant jaune Emberiza citrinella Assez commun.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s