Pays-Bas 2003

Dates du voyage : du 26 au 1 novembre 2003

25 octobre 2003.

Nous partons de chez nous tôt le matin et effectuons un voyage sans problème en faisant une petite pause dans les Ardennes belges pour prendre notre petit déjeuner. Nous arrivons assez vite à S’Hertoogenbosch où nous voyons de nombreux Vanneaux huppés et près de 400 Pluviers dorés dans les champs.

 

vanneau-huppe-001_03
Vanneau huppé (Photo Simone Girault)

 

En arrivant près de la côte, dans le Flévoland, j’ai la chance de voir une Macreuse brune mais ce sera la seule de tout le voyage. Depuis Lelystadt Haven, nous prenons la digue qui nous mène à Enkhuisen, une très belle petite ville avec des maisons de briques brun rouge datant du 17e siècle dont les façades sont ornées de superbes sculptures. Nous voyons aussi une scène que nous aimerions bien voir en France. Un pêcheur est assis sur la berge d’un canal, à 4 m à peine d’un Héron cendré, l’un ignorant superbement l’autre. Non loin de là, de belles maisons ressemblant fort à des péniches sont posées sur l’eau comme pour montrer qu’ici l’eau et la terre sont intimement liés. Je suis aussi frappé par le nombre d’éoliennes qui parsèment le Flévoland. J’aurai d’ailleurs l’occasion de me rendre compte qu’il n’y a pas que dans cette partie des Pays-Bas que leur nombre a augmenté de façon vertigineuse. Après avoir vu nos premières Bernaches du Canada et Oies cendrées, nous prenons la grande digue de séparation en faisant un arrêt à chaque parking pour pouvoir admirer la prouesse technique que représentent ces 30 km d’autoroute construite en pleine mer. Nous arrivons à Harlingen sous la pluie et trouvons l’hôtel Heerenlogement. La chambre n’a pas été chauffée et l’escalier qui y mène est vraiment raide, comme souvent dans les anciennes maisons bataves. Le restaurant est fermé en ce dimanche car un orchestre répète dans la salle à manger, aussi décidons nous d’aller manger au meilleur hôtel de la ville, le Zeezicht Hotel où nous commandons une épaule d’agneau, sans nous douter qu’on nous servirait vraiment une épaule entière pour chacun d’entre nous!

portpb
Un petit port de pêche (Diapositive scannée de Gérard Joannès)

 

26 octobre 2003.

 Harlingen est une petite localité typique des Pays-Bas. Il y a bien entendu des rues pavées d’autobloquants roses, un canal avec son pont à la Van Gogh, d’assez nombreuses boutiques et pour assouvir sa faim, plusieurs établissements exotiques.

Nous décidons de longer la côte vers le nord, en suivant les digues jusqu’à l’ouest de Zwarte Haan. Il y a là une fantastique vasière où je vois des milliers de Courlis cendrés et de Tadornes de Belon et toutes sortes de canards. En arrivant sur la digue, je dérange un Autour des Palombes qui était en train de manger un Courlis cendré. La quinzaine de Pluviers argentés et la cinquantaine d’Avocettes élégantes n’ont pas été trop perturbées par le vol rapide d’une femelle de Faucon émerillon rasant les roseaux à la recherche de petits passereaux. Du côté des laridés, environ 200 Goélands cendrés en plus des classiques Goélands argentés et marins. Les digues sont entretenues par les moutons aux Pays-Bas et on en voit partout. En revanche, tout le monde ne voit pas forcément une Corneille noire nettoyer les oreilles d’un de ces ovins. Je n’ai pas tellement apprécié le spectacle avant de déjeuner.

tadorne-de-belon-02
Tadorne de Belon (Photo Simone Girault)

 

 

Nous avons ensuite fait le tour de cette petite réserve vers l’est pour voir encore plusieurs milliers de Tadornes de Belon et de nombreux limicoles parmi lesquels un millier de Bécasseaux variables, 300 Avocettes élégantes, 200 Bécasseaux sanderlings, une centaine de Combattants variés et 2 Flamants nains dont la présence était plutôt bizarre.

Poursuivant notre route vers le nord, nous sommes arrivés à Holverd qui est un endroit extraordinaire en hiver. En automne en revanche, ce n’est plus qu’une vasière ordinaire comme il en existe des milliers aux Pays-Bas. Nous ne nous sommes pas attardés et avons poursuivi notre route jusqu’à Metlawier où les champs nous ont offert le spectacle toujours aussi impressionnant des concentrations d’Oies rieuses, Bernaches Nonnettes accompagnées de Pluviers dorés.

J’aime beaucoup le petit port de Lauwersoog mais encore une fois j’ai été un peu déçu par rapport aux observations que je fais en hiver. Il y avait pourtant de très nombreux limicoles, 1000 Bernaches Nonnettes, 1000 Oies cendrées, 8 Cygnes de Bewick et 2 Bernaches cravants. Lorsque la nuit est tombée, nous avons refait le chemin inverse, en coupant par l’intérieur des terres. Le soir, repas dans un restaurant grec (De Byzantijn) où nous avons eu droit à une moussaka avec des frites. Curieux mais quand même assez bon.

 

bernachecravant
Bernache cravant (Photo Simone Girault)

 

 27 octobre 2003.
 Il a gelé cette nuit mais le temps n’est pas trop mauvais et nous décidons de passer sur la grande digue de séparation de l’Ijsselmeer. La mer est étrangement vide par rapport à ce qu’on voit habituellement en hiver et les arrêts sur les différents parkings en sont réduits. Il y a d’ailleurs si peu de monde en ces endroits que notre présence intrigue et nous avons droit à la visite de la police avec qui nous échangeons quelques impressions sur les îles de la Frise. Heureusement, la marée est basse à Den Oever et découvre une immense vasière où se mêlent environ 800 Courlis cendrés, autant d’Huîtriers pie, 500 Chevaliers Gambettes, 700 Bécasseaux variables, 60 Barges rousses, quelques Grands Gravelots, Pluviers argentés, Bécasseaux sanderlings et un seul Bécasseau minute. J’ai aussi la chance de noter la présence assez précoce d’une Corneille mantelée. Nous déjeunons dans le port même, en face des bateaux qui partent pour la pêche.
huitrier-pie04
Huîtriers pie (Photo Simone Girault)

Comme nous sommes aussi venus pour visiter la région, nous allons faire un tour dans les belles dunes de Huisduinen. Pour ceux qui aiment le vélo, il y a vraiment de quoi se faire plaisir et de plus, nous avons le beau temps. Nous rentrons tranquillement dans la soirée en faisant le tour de l’Amstelmeer où nous avait attiré la présence de 800 Oies cendrées qui faisaient un vacarme de tous les diables sur l’eau.

 28 octobre 2003.

Il fait très beau aujourd’hui et c’est pourquoi nous nous rendons à Den Helder d’où nous prendrons le bateau pour l’île de Texel. L’aller-retour, voiture comprise nous coûtera 26€50 sur le Schulpenpat. La traversée ne dure qu’une petite heure et il y a un bateau toutes les heures. Juste au moment du départ, nous avons la chance de voir un Faucon Pèlerin et pendant la traversée un Guillemot de Troïl. Nous rencontrons aussi Mark Kuiper, un guide local à la tête de Natuur Beleven, une agence de voyages de découverte de la nature. Les deux Californiennes qui l’accompagnent sont transies mais profitent quand même du spectacle.

 Une fois sur l’île, nous prenons pour méthode de toujours nous diriger vers la mer et nous commençons de cette façon par nous rendre à l’endroit le plus intéressant qui est la réserve de Den Hoorn. Il y a là de belles dunes à oyats et argousiers qui attirent de nombreuses Grives litornes et Grive mauvis.

Les plans d’eau accueillent des milliers d’oiseaux parmi lesquels 500 Barges rousses et de nombreux autres limicoles et canards. Je tente une séance d’observations en mer mais à part quelques alcidés qui passent trop loin pour être identifiés avec certitude, un plongeon sp. et 6 Macreuses noires, je ne vois rien. A l’intérieur des terres, une troupe de 27 Ouettes d’Égypte et 200 Pluviers dorés se nourrissent dans les champs. Nous faisons un petit tour par la station balnéaire de De Koog, montons jusqu’au nord de l’île et revenons par la route centrale. Les terres labourées nous rappellent la topographie du continent et nous ne sommes pas surpris de voir environ 80 Cygnes de Bewick, 200 Oies rieuses, autant d’Oies des Moissons et environ 2000 Oies cendrées.

 

img_4838oiecendree
Oies cendrées (Photo Gérard Joannès)

 

 

 De retour à Den Hoorn où les vasières sont maintenant bien plus vastes car la marée est descendante, il y a encore plus de limicoles et de canards que le matin. Le Canard siffleur est le plus commun d’entre eux. Au port, pendant que nous attendons notre bateau, nous observons avec amusement le spectacle bruyant que font environ 150 Choucas des Tours qui squattent un ferry.

29 octobre 2003.

 Le temps est couvert mais nous partons quand même à la recherche des immenses troupes d’oies qui peuplent la région de Gaast – Workum et nous ne sommes pas déçus. Nous verrons des milliers d’Oies cendrées, Oies rieuses et Bernaches Nonnettes dans les champs qui s’envolent ou se posent en faisant un bruit d’enfer. Je ne sais plus où donner de la longue-vue et je regrette de ne pas être en groupe pour repérer l’Oie naine qui se trouve sûrement au milieu d’une de ces troupes. Un ornithologue local m’apprendra d’ailleurs en fin de soirée qu’il en avait repérée une. J’enrage mais je suis content de trouver ma première Oie à Bec court, 4 Oies à tête barrée et même une Bernache hybride. C’est une oie noire plus grande qu’une Bernache Nonnette avec un cou noir, des flancs et le dos brun noir, des pattes orange, le tour de l’œil et du bec blancs, le ventre et les sous-caudales blancs.

L’Ijsselmeer est peuplé de milliers de Canards siffleurs et Canards souchets mais le temps froid et venteux n’incite guère à rester sur place.

Dans la région de Workum, je suis éberlué de voir environ 2000 Oies à Bec court dont certaines sont baguées (N92 et N67). Cette espèce est nettement moins fréquente en hiver. Environ 50 Ouettes d’Égypte paissent non loin de là. Très peu d’Oies des Moissons mais il est très probable que j’ai dû en manquer quelques-unes. Même Danielle, qui n’est pas aussi passionnée que moi ne peut s’empêcher d’être frappée par le nombre de ces oiseaux qui se nourrissent dans les champs et qui sont à peine chassés dans ce pays. Apparemment, les agriculteurs bataves ont appris à les intégrer dans les pertes et profits dus aux causes naturelles.

30 octobre 2003.

 Une fois encore nous partons faire une petite virée vers le nord malgré le ciel couvert. Nous nous arrêtons dans la jolie bourgade de Dokkum qui nous régale les oreilles avec son carillon municipal, passons par Anjum toujours aussi riche en oies diverses et arrivons à Lauwersoog. Il ne fait pas très beau sur le lac mais heureusement celui-ci accueille jusqu’à 120 Cygnes de Bewick et quelques Garrots à Oeil d’or.

Dans la région d’Ezumazijl se trouve le Bochtjesplaat, une belle vasière entourée de roseaux où je n’ai jamais été déçu. Un Faucon Pèlerin posé sur le sol se laisse observer à loisir, tout comme une centaine de Cygnes de Bewick.

 31 octobre 2003.

Comme le temps se gâte nettement et qu’on prévoit encore de la pluie pour le lendemain, nous changeons nos plans de vacances et repartons pour le sud afin de mieux prospecter le Flevoland que nous ne l’avions fait à l’aller. Les Fuligules Morillons et les Fuligules Milouins sont nettement plus nombreux que dans le nord. Comme d’habitude, nous faisons une pause à un des observatoires de l’Oostvaarderplassen où se trouve une Grande Aigrette. Cet oiseau est encore une rareté ici par rapport au nombre croissant de ses congénères en Lorraine. En cours de route, je fais une superbe observation d’un mâle de Buse pattue qui passe à une dizaine de mètres au-dessus de la voiture.

Le Praambult nous offre comme à l’habitude le spectacle irréel de sa centaine de Cerfs élaphe, de ses Aurochs de Heck, ses Chevaux de Konik et de ses oies, très nombreuses mais aussi très éloignées.

 Nous sommes repus d’oiseaux et nous prenons donc la route du retour. Nous pensions être chez nous dans la soirée mais il y a de très gros bouchons sur les autoroutes et un ennui d’éclairage à l’arrière nous force à passer une nuit supplémentaire à Weert dans le sud des Pays-Bas, entre Maastricht et Eindhoven. L’hôtel The Golden Tulip n’est pas vraiment bon marché mais la belle moquette, la superbe chambre et l’excellent petit déjeuner expliquent cela. Nous serons rentrés chez nous le 1 novembre après un périple de 3223 km exactement.

Liste des espèces vues pendant le voyage.

Les commentaires ne prétendent nullement être scientifiques et ne sont que des impressions. Il y a des espèces très communes que je n’ai pas vues probablement par manque d’attention.

01
Plongeon sp  Gavia sp. Probablement un Plongeon arctique (Gavia artica) vu depuis une des plages de l’île de Texel.
02
Grège huppé Podiceps cristatus Commun.
03 Grèbe castagneux Tachybaptus ruficollis Quelques uns, notamment dans le port de Den Oever.
04
Grand Cormoran Phalacrocorax carbo Commun.
05 Grande Aigrette Casmerodius albus Un individu à l’Oostvaarderplassen, près de Lelystadt Haven.
06
Héron cendré Ardea cinerea Commun.
07 Flamant nain Phoenicopterus minor 2 individus à Zwarte Haan dont l’origine captive ne fait aucun doute.
08
Cygne tuberculé Cygnus olor Commun.
09
Cygne de Bewick
Cygnus colombianus
Plusieurs troupes.
10 Oie à bec court Anser brachyrhynchus J’ai été surpris par le nombre important de ces oiseaux dans la région de Workum notamment. Quelques oiseaux bagués (N92 et N67).
11 Oie des moissons Anser fabalis Relativement peu mais elles ont pu passer inaperçues dans les grandes troupes.
12 Oie rieuse Anser albifrons Très communes.
13 Oie cendrée Anser anser Nombreuses.
14
Oie hybride Anser sp. Plusieurs individus.
15 Oie à tête barrée Anser indicus 4 individus vus à Gaast.
16 Bernache du Canada Branta canadensis Quelques-unes dont un hybride à Gaast : plus grand qu’une Bernache nonnette. Cou noir, flancs et dos brun noir, pattes orange. Tour de l’œil et du bec blancs, ventre et sous-caudales blancs.
17 Bernache de Hutchins Branta hutchinsii Quelques-unes.
18
Bernache cravant Branta bernicla Relativement peu.
19
Bernache nonnette Branta leucopsis Très commune.
20
Tadorne de Belon Tadorna tadorna Très commun.
21
Ouette d’Égypte
Alopochen aegyptica
Espèce de plus en plus fréquente.
22
Canard siffleur
Anas penelope
Très commun.
23
Canard colvert Anas platyrhynchos Commun.
24 Canard chipeau Anas strepera Quelques-uns.
25 Canard pilet Anas acuta Quelques dizaines.
26 Canard souchet Anas clypeata Commun.
27 Sarcelle d’hiver Anas crecca Assez commun.
28 Fuligule milouin Aythya ferina Nombreux dans le sud.
29 Fuligule morillon Aythya fuligula Nombreux dans le sud.
30 Fuligule milouinan Aythya marila Encore assez peu.
31 Eider à duvet Somateria mollissima Encore assez peu.
32 Macreuse noire Melanitta nigra 6 individus vus à partir des plages de Texel.
33 Macreuse brune Melanitta fusca Un individu vu dans le Flevoland.
34 Garrot à œil d’or Bucephala clangula Encore assez rare à cette époque de l’année.
35 Harle huppé Mergus serrator Encore rare à cette époque.
36 Harle bièvre Mergus merganser Encore rare à cette époque.
37 Busard Saint-Martin Circus cyaenus Un individu seulement.
38 Busard des roseaux Circus aeruginosus 2 individus.
39 Épervier d’Europe Accipiter nisus Un individu.
40 Autour des palombes Accipiter gentilis Un individu.
41 Buse variable Buteo buteo Assez commune.
42
Buse pattue Buteo lagopus Un mâle dans le Flevoland.
43
Faucon crécerelle Falco tinnunculus Commun.
44
Faucon émerillon Falco columbarius Un individu.
45
Faucon pèlerin Falco peregrinus Un à Den Helder et l’autre à Ezumazijl.
46
Perdrix grise Perdix perdix Une compagnie de 10 à Den Oever.
47 Faisan de Colchide Phasianus colchicus 2 individus à Den Helder.
48
Foulque macroule Fulica atra Très commune.
49
Huîtrier pie Haematopus ostralegus Très commun.
50
Avocette élégante Recurvirostra avosetta Quelques petites centaines.
51 Grand Gravelot Charadrius hiaticula Quelques individus.
52 Pluvier doré Pluvialis apricaria Commun dans les champs.
53 Pluvier argenté Pluvialis squatarola Quelques dizaines.
54
Vanneau huppé Vanellus vanellus Assez commun.
55
Tournepierre à collier Arenaria interpres Assez commun.
56 Bécasseau sanderling Calidris alba Plusieurs.
57 Bécasseau variable Calidris alpina Très nombreux.
58
Bécasseau minute Calidris minuta Un seul individu.
59
Combattant varié Philomachus pugnax Une centaine à Zwarte Haan.
60
Courlis cendré Numenius arquata Très nombreux.
61
Barge rousse Limosa laponica Quelques centaines.
62
Chevalier gambette Tringa totanus Assez commun.
63
Bécassine des marais Gallinago gallinago Quelques individus.
64
Mouette rieuse Larus ridibundus Très commune.
65
Goéland cendré Larus canus Assez commun.
66
Goéland argenté Larus argentatus Très commun.
67
Goéland marin Larus marinus Très commun.
68 Goéland brun Larus fuscus Quelques individus.
69
Guillemot de Troïl Uria aalge 2 individus.
70
Pigeon ramier Columba palumbus Commun.
71 Pigeon biset Columba livia Pigeon féral de ville.
72 Tourterelle turque Streptopelia decaocto Plusieurs.
73 Pic épeiche Dendrocopos major Un individu près du Lauwersmeer.
74 Alouette des champs Alauda arvensis Quelques individus.
75 Pipit farlouse Anthus pratensis Quelques individus.
76
Bergeronnette grise Motacilla alba Quelques individus.
77
Rougegorge familier Erithacus rubecula Un oiseau mais ce n’est pas une rareté.
78
Merle noir Turdus merula Commun.
79 Grive litorne Turdus pilaris Commune.
80 Grive mauvis Turdus iliacus Assez commune.
81
Mésange bleue Cyanistes caeruleus Commune.
82 Mésange charbonnière Parus major Commune.
83 Étourneau sansonnet Sturnus vulgaris Très commun.
84
Geai des chênes Garrulus glandarius Quelques individus.
85
Pie bavarde Pica pica Très commune.
86
Choucas des tours Corvus monedula Très commun.
87 Corneille noire Corvus corone Très commune.
88 Corneille mantelée Corvus cornix Un individu précoce à Den Oever.
89
Corbeau freux Corvus frugilegus Assez commun.
90 Moineau friquet Passer montanus Une troupe à Den Oever.
91 Moineau domestique Passer domesticus Commun.
92 Pinson des arbres Fringilla coelebs Commun.
93
Pinson du nord Fringilla montifringilla Un petit passage de migrateurs.
94
Verdier d’Europe Carduelis chloris Plusieurs.
95
Chardonneret élégant Carduelis carduelis Quelques-uns.
96
Bruant des roseaux Emberiza schoeniclus Peu.

Autres espèces observées :

Lièvre d’Europe (Lepus europeaus)

Cerf élaphe (Cervus elaphus). Nombreux au Praambult dans le Flevoland.

Chevreuil (Capreolus capreolus)

Renard roux (Vulpes vulpes)

Tarpan. Au Praambult dans le Flevoland.

Aurochs de Heck.  Il s’agit d’un aurochs reconstitué par le métissage artificiel de diverses races bovines. Il est nommé Heckrund aux Pays-Bas et il y en a beaucoup au Praambult dans le Flevoland.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s